TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum

TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE
Jeu de simulation par forum d'une dictature d'inspiration communiste, ce pays virtuel est un univers conformiste, fonctionnel, où toute fantaisie est interdite.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Le pouvoir et ses administrations et institutions -> CC : Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mai 2017
Messages: 103

MessagePosté le: Lun 10 Juil - 10:50:02 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant


Le premier plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste,
dans un immeuble tout juste réquisitionné de Ville Utopique Agua (un quartier futurien de la capitale El Futuro)

 
  
Dans le contexte de la prise de pouvoir par les "Rouges"

La terreur était déjà apparue dans le pays, s'exerçant en de nombreux endroits à l'encontre des anciennes élites et de l'intelligentsia. C'était comme si les partisans et soldats "rouges" réglaient leurs comptes. Allait-elle à présent se généraliser, se systématiser? La clandestinité, puis la guerre civile, avaient en tout cas développé chez nombre de militaires et de cadres communistes une logique de guerre de classe absolue contre leurs ennemis, et de volonté de contrôle sans partage et définitive. Ainsi, dans sa phase initiale, le nouveau pouvoir communiste s'installait de la manière la plus brutale possible, comme initialement bien d'autres démocraties populaires, nonobstant les visions idylliques développées ordinairement par leurs propagandes.


La raison d'être du plénum

Selon les usages de nombreuses démocraties populaires, le pouvoir devait appartenir d'abord aux institutions politiques qu'étaient le Parti et les organes de celui-ci. C'était en effet ces institutions politiques qui, sous forme de résolutions, devaient tout d'abord définir idéologiquement et justifier les objectifs à atteindre pour le pays, et cela servirait ensuite de base aux institutions étatiques "populaires et démocratiques" (à l'appareil d’État) pour rendre leurs décisions formelles et afin qu'elles dotent le pays de lois. Selon les usages admyriens de jadis, c'était le plénum du Comité Central (autrefois appelé Conseil Révolutionnaire), émanation directe du Parti, qui, sous la présidence de séance du Secrétaire Général, devait formuler ces résolutions idéologiques par vote à main levée.

Pour ce qui était du Bureau Politique, autre instance politique suprême, les années de régimes réactionnaires puis la guerre civile s'étaient chargés de le réduire à néant.


Les rudes conditions matérielles du premier plénum

Non sans retard, le CC se réunit. Il tint son premier plénum dans un immeuble récemment réquisitionné manu militari du quartier futurien de Ville Utopique Agua (03 115 El Futuro). Pour la petite histoire, aucun immeuble de la capitale n'était plus intact, mais criblé d'impacts, plus aucune construction de toute la capitale n'avait de fenêtres ni d'électricité. On avait bien apporté dans l'immeuble abritant le CC un générateur et obstrué les vitres de planches de bois. Mais la lumière artificielle était blafarde, sinistre, et l'endroit froid et humide ; par moments, les mandatés couverts d'épais manteaux pouvaient même apercevoir la buée de leurs respirations, quand ils ne baignaient pas dans la fumée de leurs si âpres cigarettes sans filtre fournies par l'armée ; voilà les rudes conditions dans lesquelles débutait ce plénum d'importance décisive pour l'avenir du pays.


Le peu de représentativité du CC ; l'apparition de courants idéologiques divergents


Or, la répression menée par l'Empire de Beaussigny-Hodésie, puis la guerre civile et enfin le chaos qui s'en suivait encore, rendaient depuis longtemps impossible toute tenue d'élection au sein du PML pour renouveler le CC, bien que de nombreux membres de celui-ci avaient disparu. D'autres mandats étaient devenus caduques bien que toujours représentés. Sans compter que l'assemblée représentait toujours le territoire admyrien et ses anciennes régions, or le territoire avait largement rétréci et ces anciennes divisions régionales avaient disparu. En outre, l'état des routes tant de fois bombardées, encore pleines de réfugiés, rendait très difficile la présence de mandatés des autres villes ; on aboutissait donc à la sur-représentation d'El Futuro, la nouvelle capitale. Bien sûr, le PML était tout aussi incapable d'élire un nouveau Secrétaire Général.

Néanmoins, puisque Convictine, le Chef Suprême des Armées, avait pris les devants pour créer l’État Provisoire Populaire et en devenir le "Chef d’État", il fallait tout de même que le CC se réunisse d'urgence pour énoncer les premières résolutions qui orienteraient, ou justifieraient avec retard, les premiers décrets.

Il fallait donc que le Secrétaire Général Haguir IrDiv alias Eldoradine convoque le CC quand bien même ce dernier n'était plus vraiment représentatif. On tiendrait sans doute des élections quand celles-ci deviendraient pratiquement faisables.

Malgré l'unité de vue postulée par la théorie merksiste-luninniste, et malgré tout le ressenti des militants et partisans merksistes-luninistes solidairement unis contre leurs ennemis, la composition du CC comprenait désormais divers clans constitués autour de différents leaders charismatiques. Parmi ces clans était le clan Convictine ; c'était le plus en vue, en raison à la fois du rôle de Chef d’État tenu par Convictine, et de Secrétaire Général tenu par son bras droit Eldoradine ; mais ce clan était loin de dominer sans partage. On savait certes qu'Eldoradine était un homme de Convictine. On pouvait supposer aussi avec raison que Convictine avait profité de la guerre civile pour faire éliminer de la direction du Parti comme de l'Armée du Peuple les leaders opposés à sa personne. Mais toute la période postérieure à AdMyria alias RDPAM avait entretenu de fait le pluralisme au sein du Parti. L'époque semblait donc bien loin des plébiscites disciplinés faisant applaudir unanimement debout et d'un seul sourire crispé toute une assemblée. Il semblait que l'on pouvait désormais exprimer dans une certaine mesure librement son opinion au CC sans craindre une répression immédiate du clan au pouvoir. Même si, à terme, la dictature de Convictine risquait de se confirmer, elle pouvait encore être désavouée publiquement ou encore modérée. Et le pouvoir pouvait demeurer collégial entre les clans présents.


En l'absence d'unité de vues, les orientations du plénum étaient incertaines

Ainsi, tandis que circulait de main en main une liqueur d'érable chargée de réchauffer les présents, plusieurs mandatés fumant brunes sur brunes discutaient entre eux à voix basse :

- Êtes-vous sûrs, Camarades, que nous pouvons encore nous opposer à la dictature des "Convictiniens" ?
- Es-tu certain, toi, qu'il le faille, à l'heure où nous devons faire triompher la Révolution
- En tout cas, si Convictine prend trop d'ascendant, cela finira par instaurer la terreur aussi sur nous-mêmes
- C'est à nous, dans ce cas, de nous manifester, de faire connaître notre position divergente.
- Ou bien d'opter pour la plus grande prudence.
- Mmm… Qui aura le courage d'attaquer directement Convictine et son clan ?
- Je crois que ce ne serait pas, à mon sens, et d'après nos usages, la bonne méthode. Notre merksisme-luninisme suppose, je le crois, un centralisme qui repose sur des figures charismatiques. Et puis nous sommes tous des frères d'arme. Enfin n'oublions pas la nature avant tout doctrinale du Socialisme. Dans une assemblée de nature idéologique telles que la nôtre, le fait de faire adopter des idées et des résolutions opposées à celles des"Convictiens est la meilleure façon de désavouer ceux-ci. En prônant par exemple la tenue libre de prochaines élections du Congrès Révolutionnaire et de la future « assemblée constituante » du pays…
- Bien, attendons un peu de voir la suite…


Parmi les enjeux, répartir les pouvoirs entre pôle "politique" et pôle "démocratique"


Ajoutons qu'il était d'importance majeure pour le pays que les pouvoirs soient répartis entre d'une part le Parti (dont les militants étaient devenu des partisans)  et d'autre part l'armée et l'état provisoire. Si Convictine, en tant que Chef Suprême des Armées, avait pu, grâce à la guerre, s'ériger en chef d'état et placer Eldoradine en tête du Parti, le Parti voudrait sans doute tout de même conserver son rôle dirigeant du pays en dominant l'administration centrale, la police et l'armée. Or Convictine rétablissait tous ces éléments sous sa propre direction.


Dernière édition par Admin le Ven 29 Sep - 10:50:18 (2017); édité 9 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 10 Juil - 10:50:02 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Lun 10 Juil - 17:21:30 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant

On constata bientôt l'absence de Convictine. Or, cela coïncidait avec la rumeur selon laquelle le Dirigeant Suprême était secrètement gravement malade. Cela signifiait-il que, bientôt, la succession serait ouverte ? Voilà qui, assurément, devait affaiblir quelque peu la position des convictiens.

Ces derniers semblaient imperturbablement appliqués, rasés de près, vêtus de noir, selon leur style grave et ascétique, en un mot bureaucratique, à l'opposé des couleurs et des fantaisies de la vie. Le moins triste d'entre eux était certainement le Secrétaire Général Haguir IrDiv dit Eldoradine. Dans sa jeunesse, « l'homme de l'eldorado » avait été un idéaliste fougueux. A présent, voilà qu'il prenait la parole afin, sans doute, de justifier de la politique « réaliste » et autocratique de Convictine.



Eldoradine (Haguir IrDiv, Secrétaire Général du Congrès Révolutionnaire)


L'hommage solennel du CC aux victimes de la guerre

Mais avant tout, Eldoradine prit la parole pour rendre hommage au peuple ainsi qu'aux militants et aux soldats merksistes-luninistes victimes de la guerre.


(huées)

- Camarades !
Nous sommes réunis aujourd'hui en ce plénum du Comité Central du Parti grâce à la victoire de la Révolution socialiste sur le Territoire dit du Sud-Ouest Démocratique…

(applaudissements)

- Cette victoire, acquise au prix du sang et des larmes, nous la devons aux camarades et aux soldats merksistes-luninistes qui se sont sacrifiés par idéal pour la libération des masses travailleuses. Nous la devons au peuple qui a enduré pour la Révolution socialiste le martyr de la guerre. Rendons-leur solennellement hommage en observant une minute de silence.

(tous se lèvent et font une minute de silence avant de se rasseoir)
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Mar 11 Juil - 11:20:44 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant

À situation d'urgence, état d'exception

Puis Eldoradine justifia idéologiquement les premières mesures prises par Convictine, chef auto-institué de l’État Provisoire Populaire. L'orateur voulait ainsi légitimer tous ces décrets pris en dehors de tout mandat politique réel, mais une telle justification pouvait néanmoins aboutir, en cas de d'opposition du Comité Central, au désaveu de Convictine en personne et même de l'ensemble de son clan. Mais c'est avec talent et persuasion qu'Eldoradine sut développer les arguments en faveur de l'autocratie de Convictine. Et ces arguments eurent d'autant plus d'effet sur l'auditoire que le merksisme-luninisme lui-même était le plus souvent désireux d'un état fort et d'une autorité centrale quand ce n'était pas d'une figure charismatique à même d'incarner l'unité du pays. En outre, le prestige militaire de Convictine plaidait assurément en sa faveur pour ce rôle… Long discours, cependant, d'Eldoradine, mais qui traduisait bien la volonté des convictiens de maîtriser désormais l'ensemble de la nouvelle société socialiste.

Le premier argument d'Eldoradine fut de faire comprendre aux militants que le chaos et l'urgence humanitaire dans lesquels se trouvait encore le pays pouvaient remettre temporairement toute préoccupation démocratique.


- Camarades !
Comme vous le savez, les masses travailleuses, formant la Révolution socialiste, sous la direction du camarade Convictine…
(applaudissements vs. huées)

…ont proclamé l’État Provisoire Populaire…
(applaudissements vs. huées ; invectives)

Camarades !
(désordres)

Il faut… Il faut… (haussant la voix au maximum) Est-ce que le pain n'est pas prioritaire ? (brouhaha s'estompant, puis silence)

Ne faut-l pas, de toute urgence, réquisitionner et distribuer la nourriture puis la produire ? De toute urgence, enterrer les cadavres ? Devons-nous ignorer les besoins du peuple qui aspire à la paix, à l'unité, à la reconstruction ? Que sont nos querelles face au sort du peuple ? Laisserons-nous la faim, la maladie, le chaos, la tragédie, la dispersion, le communautarisme, les haines et la barbarie, martyriser encore longtemps le peuple ?
(silence)

Qui d'entre nous prétend ignorer que, tant le long des lignes de démarcation, qu'à l'intérieur, nos ennemis sont nombreux et surpuissants : entre les fascistes de la Phalange qui menacent de purifier ethniquement le pays ; la Garde Blanche qui rêve de restaurer l'Empire de Beaussigny-Hodésie ; les capitalistes qui veulent en revenir aux Provinces Unies du Manutoba ; les anarchistes et autres utopistes petits-bourgeois des Milices Confédérées qui veulent développer l'auto-organisation ; sans parler des régionalistes krassnadiens et du réveil des tribus autochtones… Qui osera prétendre qu'il n'entend aucun coup de feu ni aucun coup de canon, à cette heure pourtant historique de la victoire du Socialisme ? Seule une autorité forte, à l'image de notre Armée du Peuple, sera à même de désarmer définitivement nos innombrables ennemis, et, par là même, de mettre définitivement fin au chaos de la guerre civile, en un mot de repousser la mort pour restaurer la vie.

Qui ignore que le peuple n'aspire qu'à l'unité, à la reconstruction, bien qu'il demeure encore artificiellement, il est vrai, divisé en communautés prétendues « nationales » ?, car la guerre civile a jeté le frère contre le frère. Chaque jour apporte son lot, à la fois de fraternisations populaires pour la reconstructions, et de heurts inter-ethniques résiduels mais atroces, indignes aux yeux de notre mission sacrée de salut public.

C'est au milieu du chaos que notre marche vers le Socialisme réel commence à peine. Et elle commence avec l'épuisement du soldat, et la terrible faim du civil. Elle commence dans la désunion, parmi des ruines, dans une misère noire. Et c'est tout de suite qu'il faut un cadre, une base solide à notre Révolution socialiste. A l'encontre du chaos et de la tragédie, il faut un état fort, à même de restaurer la paix, la sûreté, l'ordre public, de réaliser l'unité nationale préludant à toute reconstruction, et le centralisme démocratique qui restaurera les prémisses de l'économie et apportera la justice sociale.

Il faut faire cesser les derniers combats, restaurer la sûreté élémentaire, mettre hors d'état de nuire les ennemis du peuple, affermir l'autorité de l’état, et réaliser l'unité du peuple sous l'égide de cet état unitaire. C'est bien cette idée de centralisme et d'unité que nous, Merksistes-Luninistes orthodoxes défendons d'abord. Sans cet état se chargeant de la transition vers le Socialisme réel, l'histoire du Socialisme dans notre pays ne serait qu'une aventure sans lendemain, car tôt écrasée, tant par ses ennemis, que par ses propres dissensions.

Et cet état, réalisé dans l'urgence, mais avec conviction, c'est ce qu'a fait, pour le peuple et pour nous tous, le camarade Convictine. C'est lui, « l'homme de conviction », qui, auréolé de sa victoire militaire, a fondé le premier notre Territoire de l’État Provisoire Populaire du Sud-Ouest du Continent Nord (dit Sud-Ouest Démocratique), pour secourir les masses travailleuses et restaurer d'urgence une première légalité.
(longs applaudissements vs. quelques huées ; brouhaha)

Et c'est cet état… Et c'est cet état qui met aujourd'hui fin aux combats, désarme les ennemis, enterre les cadavres, réquisitionne et distribue la nourriture. C'est lui qui dissipe la longue nuit fasciste et la famine, en portant au devant du monde le flambeau du Socialisme et de la justice sociale.
(applaudissements et brouhaha)
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Mar 11 Juil - 11:22:20 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant

De la politique extérieure et du renfort des limites territoriales

Le Secrétaire Général but un verre d'eau en ignorant toute tentative de couper son discours. Celui-ci se poursuivit donc en déclinant encore de nouveaux arguments. Toujours pour faire diversion aux enjeux démocratiques et affermir la position dominante de Convictine, Eldoradine argua cette fois de la nécessité de formaliser extérieurement le pays.

- Car il faut une base à la Révolution socialiste, il faut un cadre. Certes, le Socialisme a vocation de conquérir le micromonde, et notre Territoire libéré est, à cet égard, une tête-de-pont de cette conquête. Mais la Révolution apporte l'ordre, définit et met en forme le Socialisme. C'est pourquoi notre Territoire socialiste doit être renforcé par tous les moyens.

Cela signifie, premièrement, de revendiquer et de faire reconnaître internationalement le plus possible de territoires en tant que notre Territoire socialiste, car l'avenir de la Révolution socialiste est géostratégique, et qu'il faut maximiser offensivement les acquis géographiques au Socialisme. Cela ne signifie pas oeuvrer nécessairement par la guerre, mais simplement en fonction de toutes les opportunités de la politique internationale. Nous devons tout faire pour assurer, au niveau interne comme au niveau mondial, la puissance et le rayonnement de notre Territoire socialiste, et de notre Révolution socialiste mondiale, laquelle débute dans ce pays ! Et c'est là le devoir que nous avons devant les masses travailleuses du monde entier !
(brouhaha)

Cela signifie… Cela signifie, deuxièmement, renforcer les limites territoriales, afin de mettre partout fin à ces massifs flux migratoires qui, quoique produits par l'extrême nécessité de populations éprouvées dans leur survie, entretiennent, à l'encontre de l'autorité, le flou et le chaos, ruinent conséquemment tout effort d'ordre public. Il faudra mettre absolument fin à ces débordements massifs des limites internes ou externes, car ils trahissent radicalement le Socialisme et notre pays entier. Quiconque désormais « viole la frontière », quelque soit celle-ci, doit être considéré et traité comme traître !
(brouhaha)
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Mar 11 Juil - 11:27:47 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant

Le dépôt des résolutions convictiennes

Sentant qu'il devait abréger son discours avant d'impatienter son auditoire, le Secrétaire Général formula enfin ses propositions de résolutions :


- Camarades. Je vous propose donc cet ensemble de résolutions pour orienter la politique publique de notre nouvel état.


Citation:



Préambule.

Les présentes résolutions visent à lutter contre la misère, la souffrance, le chaos, la dissension, mais aussi l'amateurisme organisationnel. Elles visent, à rétablir la paix, la sûreté, l'ordre public, à instaurer l'unité du peuple en vue de la reconstruction du pays et de réaliser la justice sociale.


Résolution 1 dite d' « Unité pour la Reconstruction »

Au nom de la lutte contre la souffrance et contre le chaos, et au nom de l'unité des masses travailleuses, le peuple doit être uni et mobilisé pour l'objectif prioritaire de reconstruction, ce qui signifie à la fois :

.a. sécuriser et pacifier les dernières zones de combat ;

.b. l'exaltation du sentiment d'appartenance commune aux masses travailleuses ;

.c. l'abandon des références nationales, des particularismes, de l'individualisme, de l'amateurisme autogestionnaire, la lutte contre les injustices de classe ;

.d. l'unité pratique du peuple, du Parti Merksiste-Luniniste et de l'Armée du Peuple ;

.e. la lutte prioritaire pour nourrir, vêtir et abriter les masses travailleuses ;

.f. la lutte pour dégager les voies de circulation ;

.g. la lutte pour enterrer les cadavres et restaurer des conditions sanitaires ;

.h. le refus de ce qui n'est pas utilitairement indispensable.


Résolution 2 dite de « Consolidation de la Révolution socialiste »

La Révolution socialiste doit être consolidée sous forme d'un état fort et centralisé et sous la direction du Chef de l’État :

.a. Conformément au Merksisme-Luninisme, la Dictature du Prolétariat et le Centralisme démocratique visent à mener au Socialisme réel.

.b. La priorité est actuellement de restaurer et de consolider la paix, de restaurer la sûreté et l'ordre public, et de promouvoir l'unité du pays en luttant contre toutes les causes de dissensions politiques ou sociales.

.c. Tant que le justifie le désordre, l'ordre étatique est empirique ; durant cette période provisoire, l'état peut procéder si nécessaire par décrets via des institutions d'exception.

.d. Une fois que l'ordre public sera restauré, l'appareil d'état devra procéder à des élections démocratiques au suffrage universel, afin d'élire le Conseil Démocratique qui, représentant le peuple, devra doter d'abord notre pays d'une Constitution socialiste formulée dans la double tradition des démocraties populaires et de l'ancienne constitution socialiste d'AdMyria (alias RDPAM).
( Réf. : https://sites.google.com/site/rdrepubliquedemocratique/-divers/credits/2-am… )

.e. La Révolution débouche sur l'ordre public. L'état socialiste ne pourra s'établir que dans l'affermissement et par l'inviolabilité de ses frontières. En conséquence, le franchissement illégal des limites territoriales est une trahison à l'encontre de notre pays du Socialisme.


Résolution 3 dite de la « Fin justifiant les moyens »


La pénurie et le chaos justifient actuellement de confier les moyens disponibles prioritairement à l’État, c'est-à-dire aux Institutions qui en ont besoin, et de doter certaines Institutions de prérogatives supérieures à d'autres :

.a. C'est aux Institutions que doivent revenir prioritairement les moyens disponibles, par exemple pour qu'elles soient domiciliées, grâce aux réquisitions immobilières.

.b. C'est l'appareil d’État qui définit les priorités, tant en terme de prérogatives, que d'attribution des moyens.

.c. Certaines Institutions sont dotées de prérogatives supérieures à d'autres.


Résolution 4 dite de l' « Offensive pacifique »


Sur le plan extérieur, le devoir de l'état est de promouvoir la Révolution socialiste mondiale, tout en consolidant notre pays en tant que base de cette Révolution, ce qui signifie :

a. Utiliser toutes les opportunités, que celles-ci soient ou non légales au regard du droit international, pour conquérir et légitimer, ou encore pour rendre davantage encore merksistes-luninistes, tous les territoires possibles du micromonde.

.b. Envisager les relations internationales sous le point de vue de l'offensive socialiste et de la conquête mondiale par le Merksisme-Luninisme, sans toutefois promouvoir nécessairement la guerre.

.c. La politique extérieure de la RD doit favoriser, entre tous les pays, les pays socialistes dits "pays frères" avec lesquels la RD est désireuse de coopérer dans tous les domaines, notamment afin de créer une communauté unie, solidaire et indéfectible de "pays frères" à même de contrer dans tout le Micromonde les menées antisocialistes des pays de la Réaction. En vue de la Révolution socialiste mondiale et du triomphe mondial du Socialisme merksiste-luniniste, cette communauté de "pays frères" doit être à la fois extérieurement alignée et unitaire, puissante et offensive, et intérieurement intégrée voire hiérarchisée politiquement et économiquement.



Résolution 5 dite de la "lutte pour le Merksisme-Luninisme et contre ses ennemis de classe"


Le Socialisme est avant tout la marche de la société dans le strict respect de la doctrine merksiste-luniniste. Visant essentiellement à apporter aux masses travailleuses la justice sociale et une vie décente, s'effrorçant de parvenir au Socialisme réel, le pouvoir socialiste merksiste-luniniste est le pouvoir des masses travailleuses sous l'égide de la doctrine merksiste-luniniste et sous la direction de l'État, de l'Armée du Peuple et du Parti Merksiste-Luniniste. Nonobstant la liberté de parole au sein du Parti, les masses travailleuses ont besoin d'une unité de vue de l'ensemble des cadres du Parti et dans la culture. Afin de garantir aux masses travailleuses une direction cohérente et par là le succès de celle-ci, le Socialisme postule l'unité du pays dans tous les domaines, et la lutte contre les classes désireuses de ravir le pouvoir qui revient de droit aux masses travailleuses. C'est tout cela et cette unité fondamentale qui constituent la Révolution socialiste. Il convient donc d'inclure les objectifs suivants comme essentiels à la réalisation du Socialisme:

.a. La suppression de la propriété privée, la collectivisation de la terre et de l'économie

.b. Les cadres du pouvoir socialiste doivent être avant tout fidèles au Merksisme-Luninisme

.c. La mise hors d'état de nuire de l'intelligentsia ennemie, de tous les cadres et porte-parole du féodalisme et du capitalisme, et de leurs expressions de classe.



(applaudissements vs. huées ; brouhaha)

Eldoradine ayant longuement exposé ces vues, céda enfin la parole à quiconque voulait la prendre.

_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Jeu 28 Sep - 14:03:43 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Répondre en citant

Le quorum n'ayant pu être atteint pour l'adoption de ces Résolutions, elles furent adoptées, par le Comité Central, sous l'impulsion des Convictiniens, en tant que simples Motions.
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:15:51 (2017)    Sujet du message: [Motions adoptées] Premier Plénum du Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Le pouvoir et ses administrations et institutions -> CC : Comité Central du Parti Merksiste-Luniniste Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com