TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum

TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE
Jeu de simulation par forum d'une dictature d'inspiration communiste, ce pays virtuel est un univers conformiste, fonctionnel, où toute fantaisie est interdite.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Réquisitions immobilières

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Métropole = numéro de district NOM DE DISTRICT (situation) - Capitale, Autre Ville -> 03 ROUGE-LIESSE (Centre) - El Futuro, Endelblaad, Praksis
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Ven 14 Juil - 14:35:22 (2017)    Sujet du message: Réquisitions immobilières Répondre en citant

Du projet des réquisitions d'immeubles

Nous n'eumes guère le temps de savourer la victoire de notre armée, et encore moins de nous reposer. Ma grave blessure au mollet droit m'obligeait à être porté tout comme un de ces potentats Hodésiens du Moyen-Âge. Qui plus est, cette blessure me causait bien du soucis.

Mais il fallait notamment que je prisses les mesures d'urgence pour nommer les responsables de le nouvelle administration du pays et réquisitionner les immeubles qui étaient encore assez debout pour en abriter les équipes.

Si je n'avais délégué cette tâche, il m'eût fallu visiter en personne et un à un chaque immeuble pouvant répondre à nos besoins. Mais je choisis de ne visiter que ceux que mes équipes avaient déjà sélectionnés.

La majorité des immeubles du pays n'était plus que ruine. Cependant, les monuments, bien que criblés d'impacts de balles ou de canon, privés de vitres, pillés et incendiés, demeuraient peut-être habitables après que notre armée les eussent quelque peu restaurés.

Je songeais à l'inhumaine ironie que se maintinssent debout les symboles mêmes des anciens régimes responsables de la guerre fratricide, tandis que la majorité du peuple survivait dans les caves des ruines alentour.


Des immeubles admyriens

Les constructions ayant le moins résisté aux bombardements dataient de l'époque admyrienne ; l'architecture communiste n'avait louablement aspiré qu'à remplir des fonctions utilitaires par une économie de moyens, néanmoins je regrettai qu'elle en fût sanctionnée au point qu'aucun de ses immeubles n'existât plus. Et puis El Futuro n'avait été aux yeux de nos aînés merksistes-luninistes qu'une ville très secondaire, abritant par conséquent un nombre très réduit d'administrations et de services publics.


Des immeubles manutobains

Je ne trouvai pas d'avantage d'immeubles manutobains habitables. De l'époque capitaliste ne demeuraient que des tas de gravats. Et puis, de même, aux yeux des provinces Unies du Manutoba, El Futturo n'avait guère eu d'importance.


Passons

Passons rapidement sur les échanges de tirs et exécutions sommaires qui eurent lieu à l'occasion des visites et des réquisitions. L'époque était aux réglements de comptes. Partout on eût dit la fin du monde, chacun voulant s'entre-tuer. N'importe qui s'adonnait à ces excès. Je ne pouvais guère que circonscrire les violences les plus étendues, et non les faire cesser. Que l'on forçât ou que l'on réquisitionnât quelque hôtel, il fallait souvent en venir aux armes, et, sur ce point, l'Armée du Peuple mena, à la longue et par nécessité, une guerre aussi sale que les autres armées.


De mon écriture disgracieuse

Que le lecteur daigne pardonner mon écriture disgracieuse, quoique sans doute régulière et donc tout de même lisible. Comme tout Hodésien éduqué, j'aime le soin apporté à l'écriture et apprécie les belles choses. Mais ma plume est usée, mon encre tend à geler, ma jambe me fait grandement souffrir, et je m'efforce de m'appliquer au travail, tandis que, dans le palais glacé et venteux, quoique fumant encore, que j'ai requis pour ma tâche, les vitres béent sur le vacarme des derniers combats.


Des monuments Hodésiens

Nous eûmes un peu plus de chance avec les monuments de l'ère hodésienne en grande partie toujours debout. Passons rapidement sur leurs façades, elles avaient certes éprouvé la tourmente des combats, mais cette dernière ne dissimulait pas la fort grande solidité de ces structures monumentales. Malheureusement, ce n'était que vieilleries de style rococo, érigées pour l'apparat et non par soucis pratique. Par conséquent, elles n'étaient pas du meilleur choix pour abriter les administrations du Socialisme.

De voir autant d'efforts, de ressources consacrées – détournées dirons-nous –, à la seule gloire de l'empereur Hodésien et de son parterre de nobles, signait bien le caractère éhontément féodal, purement rétrograde, de toute cette ère impériale. Mais, étant Hodésien moi-même, je n'en fus assurément point surpris.
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Juil - 14:35:22 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Convictine
Soutien du régime

Hors ligne

Inscrit le: 31 Mai 2017
Messages: 160
Nationalité: Territorien (= de ce pays)
Citoyenneté: Citoyen
Origine ethnique: Hodésien

MessagePosté le: Ven 21 Juil - 10:42:10 (2017)    Sujet du message: Réquisitions immobilières Répondre en citant

Des dires inquiétants concernant les immeubles futuriens

J'avais depuis longtemps ouï parler des immeubles futuriens (c'est-à-dire datant de l'empire d'El Futuro), comme ils étaient soi-disant « remarquables, extraordinaires, artistiques, extrêmement avancés pour leur époque, au point de surpasser de loin tout ce que pourrait jamais produire aujourd'hui même les pays les plus riches et les plus en avance du progrès ». J'en avais naturellement des inquiétudes : comment trouver heureux l'effort prolétarien qui, volé par la classe capitaliste de ce temps, n'avait pu profiter à l'intérêt commun ? Car enfin, ces palais mirobolants, quoique d'abord dus à l'avance des techniques d'alors, ne pouvaient guère exister que parce que l'empereur futurien en avait imposé le lourd tribu à un peuple opprimé et spolié de son travail.


De ce que je vis des hideux immeubles futuriens

Mais ce que j'aperçus glaça mon sang, pourtant déjà fort refroidi par la supériorité de ma mission révolutionnaire et par les horreurs de la guerre. Moi et les fidèles partisans de mon équipe, nous allâmes au centre-ville futurien de la cité d'El Futuro dont j'avais fait notre nouvelle capitale. Tout d'abord, cette ville était bien plus grande que je m'y attendis, même si je savais que je voyais là le coeur de l'ancien empire. Les monuments futurois (c'est-à-dire de la ville d'El Futuro) qui, en d'autres quartiers, paraissaient presque détruits, parurent dans ce quartier futurien (c'est-à-dire datant de l'empire d'El Futuro) avoir mieux résisté. Non que les armes les eussent davantage évités, mais, au contraire, ils devaient à leur structure et à leurs matériaux insignes d'avoir mieux traversé la guerre. Oh certes, ils avaient eux aussi subi les outrages des pillages et des incendies ; les bombardements et les tirs les avaient un peu partout mordus et entièrement privés de vitres, mais leur structure, incroyablement solide, les avait laissés relativement intacts malgré tout.

Si j'eus, malgré moi, le geste nerveux de caresser ma perruque blanche, et de pâlir plus encore qu'elle et que la céruse poudrant mon visage, ce ne fut point non plus de voir que les Futuriens, qui habitaient toujours ce quartier, se murassent dans le privilège de leurs luxueux habitats au lieu de donner gîte aux orphelins et aux veuves errant sans toit dans la bise, non, ce qui me fit littéralement frissonner d'horreur fut, comment le décrire…


Des impressions si horrifiées de mon équipe

Pour briser notre commun effroi silencieux, je demandai à mon équipe ses impressions. Arcanov, selon son caractère pensif et insondable, se taisait. Sermonova, au comble de la rage, était furieuse contre ce gâchis scandaleux du Travail. Marteline s'écria qu'il faudrait expulser les habitants du quartier, et détruire celui-ci au plus vite, tant cette architecture si décadente ne pouvait qu'influencer au pire les faibles caractères. Eldoradine, effrayé lui aussi, constata qu'il y avait en ce quartier quelque chose d'horriblement perverti pour nos esprits merksistes-luninistes, comme une espèce d'oeuvre si grotesquement débridée et anti-socialiste qu'elle n'était plus qu'une forme épouvantable de hooliganisme. Il voyait déjà, en lieu et place de ces monstruosités, une future cité du socialisme, grandiose, gigantesque, mais rectiligne et sans recherche, simplement alignée sur les standards monumentaux de l'utilitarisme socialiste triomphant et au service de la grandeur impérissable des administrations de notre nouvel état. Et je fus bien d'accord avec Eldoradine comme avec les autres.

Je demandais enfin à Brouillardine ce qu'il en pensait, et il doutait assez que nos techniques présentes nous permissent de détruire avant longtemps ce chaos grotesque, mais qu'il fallait bien tout de même abriter quelque part toutes les administrations nouvelles. Je fermais un instant les yeux sur la décision à prendre…


De la décision radicale que je dus prendre

Voulais-je qu'on dépensât des efforts surhumains pour détruire ces monstrueux ponts de céramique vers le ciel, ces gratte-ciels obliques et adamantins, spiralés d'orgueils, ces hideuses tentacules dont le métal se fondait au ciel ? Hélas, les masses travailleuses, épuisées par la guerre et presque mourant de faim, n'en eussent souffert que davantage. Mais, sachant que cet "art" si décadent, si opposé au Réalisme socialiste, cette chose si abominable en vérité, atteignait l'âme, je me résolus à ne les plus regarder, mais toutefois à les utiliser pour y domicilier temporairement l'essentiel de notre nouvel état. Cependant, il me fallait du moins soustraire le peuple à l'influence si néfaste de ces constructions. C'est pourquoi je donnai ordre à notre armée de ceinturer ce quartier et d'en expulser tous les habitants. Ensuite, j'y domiciliai la plupart des administrations du nouveau pouvoir populaire. Mais ce fut, croies-le bien, lecteur, faute de mieux.


De la réquisition en particulier du Palais anciennement nommé de l'Empereur

Je pris sur moi d'abriter mon bureau et mon secrétariat (le Bureau et Secrétariat Suprême, BBS) dans l'ancien Palais de l'Empereur, certainement la plus hideuse de toutes ces absurdes architectures. Ce faisant, je ne me tenais pas moins droit qu'à mon habitude - car je n'avais pas encore été blessé au mollet droit par une balle, ceci sera précisément quand j'entrerai dans cet immeuble de mon nouveau bureau -. Les militants présents firent naturellement honneur à mon entrée, et, s'il y eut une fanfare pour jouer l'Internationale puis notre hymne national du Sud-Ouest Démocratique, je ne vis cela que comme la célébration de notre commune victoire, et non de ma propre prise de fonction de Chef du nouvel Etat. Ce sont, je crois, des esprits dénaturés par les fantasmes féodaux ou capitalistes qui assimilent mon entrée dans le Palais de l'Empereur à une sorte de sacre de ma personne dont j'eusses été moi-même l'artisan. D'ailleurs, pour que cet hommage de mes fidèles partisans allât à notre Idéal socialiste, je renommai ce bâtiment Palais de la Victoire Socialiste pour que ce titre prolétarien frappât la face de l'orgueilleux impérialisme qui avait donné naissance audit palais. Il serait temps, ensuite, de détruire celui-ci et de loger ailleurs mon bureau, une fois que le pays en aurait les moyens.


Des suites logiques de mes ordres et de la blessure qui me fut causée par un tireur embusqué

Je fus alors, comme on le sait, blessé grièvement par un tireur embusqué, puis transporté et alité à l'intérieur du bâtiment. La douleur fut si aiguë et la blessure si sanglante, que je me pâmai. Quand je repris connaissance, on me rapporta que l'expulsion des habitants, hommes, femmes, enfants, vieillards compris, était en cours, et que les autres communautés, qui avaient longtemps jalousé la chance des Futuriens d'avoir encore un gîte, voyaient avec satisfaction ceux-ci réduits comme eux à n'avoir plus d'abris. Cette opération d'expulsion se poursuit encore dans le vacarme à cette heure où je trace mes souvenirs encore frais. Et je ne suis pas mécontent d'avoir, je crois, pris une ferme mais bonne décision envers ce quartier pour donner davantage assise à l'esprit de l'égalité et de la simplicité du Socialisme auquel je consacre ma vie. Mais trêve de souvenirs, mes si lourdes responsabilités m'appellent, et je me dois à ma mission de dirigeant avec la plus entière célérité.
_________________
Macsy Robespio, dit Convictine,
"Dirigeant Suprême",
Chef Suprême des Armées,
Directeur Général de l'Administration Militaire Populaire,
Chef de l'État Provisoire Populaire,
Président du Conseil de l'État Provisoire Populaire


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:16:12 (2017)    Sujet du message: Réquisitions immobilières

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Métropole = numéro de district NOM DE DISTRICT (situation) - Capitale, Autre Ville -> 03 ROUGE-LIESSE (Centre) - El Futuro, Endelblaad, Praksis Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com