TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum

TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE
Jeu de simulation par forum d'une dictature d'inspiration communiste, ce pays virtuel est un univers conformiste, fonctionnel, où toute fantaisie est interdite.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Visite chez le médecin

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Métropole = numéro de district NOM DE DISTRICT (situation) - Capitale, Autre Ville -> 01 KEITORBRA (Extrême Nord) - Keitorbra, Sotsyalitat, Novkommounist, Elektriky, M'Toundra
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ludek Synecký
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2017
Messages: 8
Origine ethnique: AdMyrien

MessagePosté le: Sam 5 Aoû - 14:18:46 (2017)    Sujet du message: Visite chez le médecin Répondre en citant

Ludek s'effondra sur le panneau indicateur de Keitorba. Sous le choc, ce dernier, délabré, s'écroula dans un tintamarre bruyant et laissa choir son hôte.

Tombé à terre, Ludek eut un sourire malgré sa fièvre et la faim qui tenaillait son ventre. Ça y est, il était arrivé à Keitorba. Il se disait que la ville avait moins souffert de la guerre. On y servait la soupe populaire et des médecins accueillaient et soignaient les braves soldats rouges.

L'officier vaincu inspecta son uniforme. Il avait arraché tous les signes distinctifs. Il ne faisait pas bon d'être reconnu comme un capitaine fasciste. Lubek n'avait eu qu'une crainte, c'est que son massacre de quatre cent civils lui soit imputé, c'eut été la corde à coup sûr. Quel imbécile songea t-il. Il avait tenu ses hommes et ses nerfs pendant toute la guerre, il en aurait pu s'en sortir les mains propres. Quel dommage qu'il se soit laissé aller à la colère après cette défaite ... ! Heureusement, personne ne semblait rechercher l'auteur de ces atrocités, tout le monde était bien trop concentré sur sa propre survie.

Lubek entra en ville. Dire que la ville n'avait guère souffert était un euphémisme. Les rues et les immeubles étaient défoncés par les obus. Des rangs de femmes faisaient la queue à la soupe populaire pendant des heures pour se nourrir. Notre homme prit place, il mit une taloche à la luronne devant elle pour prendre sa place. Elle s'écarta sans ménagement. Aussitôt trois hommes le toisèrent. Ces "sauvages" l'appréhendèrent dans leur langue gutturale. Vite, il fallait éviter l'esclandre et rester discret. Lubek recula.

Au bout de deux heures, le jeune homme eut sa soupe. L'attente debout l'avait épuisé et il brûlait de fièvre. Il se mit vite en quête d'un docteur. Avisant une officine, il y pénétra et s'affala dans la salle d'attente de fortune. Personne ne prêta attention à ce grand gars titubant à l'allure vaguement militaire ...

  


Dernière édition par Ludek Synecký le Ven 11 Aoû - 16:04:17 (2017); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 5 Aoû - 14:18:46 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
population
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 06 Juin 2017
Messages: 16

MessagePosté le: Lun 7 Aoû - 09:25:24 (2017)    Sujet du message: Visite chez le médecin Répondre en citant

Cet hôpital, improvisé et dénué de tout, était dans un état lamentable, il n'était même pas chauffé, mais, du moins, offrait-il une protection contre le froid, grâce à une grande promiscuité des patients. Les litières des blessés et malades occupaient tout l'espace disponible, si bien qu'il fallait enjamber malades et mourants pour circuler et se rendre au couloir menant aux odorantes latrines de bois extérieures... Dans la pièce principale de l'hôpital, les toux et les râles avaient tendance à former en sourdine un concert plutôt sinistre, heureusement agrémenté par quelques rares lampes à pétrole aux flammes dansant joyeusement, narrant ces mystères imaginaires où s'évadaient les moins lucides. Les sauts des puces, brièvement éclairées par lesdites flammes, parachevait le pittoresque des lieux. Le grattage était devenu, certes, de rigueur.

On installa le nouveau venu, un AdMyrien, à une place récemment libérée et tout juste nettoyée. Mais cette place avait le désavantage de se situer près de la porte d'entrée d'où provenaient les courants d'air riches en flocons de neige très humides, ce qui cependant calmait bien la vermine. Les malades majoritairement Hodésiens comme l'infirmière, bien que sans l'avouer trop ouvertement, étaient racistes au point de séparer les malades par communautés, et d'octroyer les meilleures places (et les meilleurs bols de soupe) aux membres de leur propre peuple.

Bien que sans moyen et seuls face au drame collectif, le médecin et l'infirmière locaux faisait tout ce qu'il pouvaient, jusqu'à épuisement, pour soulager et aider les patients autant que possible.

L'infirmière alla voir Ludek Synecký pour lui soutirer quelque argent ou bijoux, elle insistait lourdement pour obtenir quelque chose, n'hésitant pas à fouiller le malade :


- J'y suis obligée, Monsieur, d'abord, si je ne le fais pas, d'autres patients vont vous voler quand vous dormirez, et surtout il faut donner ce que vous avez pour payer les Minuits pour qu'ils nourrissent les patients. C'est important pour sauver le plus de monde possible. Il y a aussi des femmes et des enfants par là-bas dans la salle, voyez? Ils ont particulièrement besoin de protéines.

- - - -


L'officier vaincu ne faisait que s'éveiller pour grelotter puis s'évanouir.


- - - -


Ludek se réveilla enfin clairement, et son voisin, admirien comme lui, se présenta. Puis ce dernier crut bon de montrer du doigt une porte située au fond et de chuchoter très discrètement :

- Bureau de Dossiersky, l'interrogateur merksiste ! Prépare-toi à être interrogé ! Chuuut !...

- - - -


Réveillant une autre fois Ludek, un chasseur Minuit engouffra partout la neige accumulée sur son manteau de fourrure. Il venait gaiement montrer à l'infirmière un morceau de barbaque fraîche comme du métal.

- Moi m'aller m'cuire m'viande !

Après une heure d'attente, l'infirmière distribua à chacun un bol cabossé de soupe de patates moisies agrémentée d'un modeste morceau de viande d'ours polaire fadasse, cuite à l'eau sans assaisonnement.



- - - -


Au bout d'une longue attente fiévreuse, ce fut enfin le médecin Jouhan Cernieul qui se présenta.


- Bon, alors, une fièvre? Mmmm. Pas loin d' 41.

Le médecin suspecta... un état de manque. Il savait que certains soldats de la Phalange avaient été drogués aux amphétamines durant la guerre, et se trouvaient maintenant dans cet état caractéristique. Mais, même réprouvant les criminels fascistes, Cernieul se garderait toutefois de dénoncer cet homme à l'agent merksiste en raison du sort réservé aux criminels fascistes. Mais il ne dit rien non plus pour conseiller Synecký.

Suite au contexte de fin de guerre civile, tirages au sort Eventualité du dégat aléatoire pour Ludek Synecký, personnage pricipal, visible sur http://repdem.cforum.info/t34-essai.htm#p54

Réf. messages postés le
07/08/2017 08:06:02
07/08/2017 08:07:18

Résultats, 2, dé à 5, et 8
2 = Aucune atteinte.

5 = chiffre des dizaines traduit comme 2
8 = chiffre des unités
28 = Pied gauche


Le médecin conclut rapidement :

- Urines claires, pouls normal, z' êtes conscient, aucune blessure, juste la peau écorchée au pied gauche (tout le monde traverse le pays à pied)...
Votre fièvre devrait tomber toute seule dans quelques jours. malheureusement, je n'ai ni décontractant ni antidouleur, et je comprends que ça soit rude. Mais, si vous voulez, je fais v'nir le chamane !

On va vous déménager un peu vers le côté Hodésien, ce sera mieux, non?


Revenir en haut
Ludek Synecký
Autre

Hors ligne

Inscrit le: 05 Aoû 2017
Messages: 8
Origine ethnique: AdMyrien

MessagePosté le: Mar 8 Aoû - 16:02:46 (2017)    Sujet du message: Visite chez le médecin Répondre en citant

Lubek sortit un instant de sa léthargie en entendant le diagnostic du médecin. Rien de grave ! C'était déjà ça de pris ! Il remercia avec effusion le médecin et se promit de se souvenir de Jouhan Cernieul afin d'intercéder en sa faveur quand le Beaussigny-Hodésie reviendrait au temps glorieux du fascisme.

L'officier revint dans la salle d'attente avec le pas du vainqueur. Il toisa le chasseur minuit du regard qui baissa immédiatement les yeux. Défaite du fascisme ou non, les "sauvages" n'avaient pas oublié qui étaient leurs "maîtres naturels." Il avisa également l'admirien et lui adressa un bref hochement de tête, qui ne voulait pas dire concrètement quelque chose, mais que l'autre comprit comme une marque d'estime et solidarité entre deux congénères.

Ludek quitta l’hôpital avec le sourire. La défaite militaire du fascisme était total, le merksisme était triomphant, mais de fait les solidarités ethniques étaient encore les plus fortes. Le fascisme avait eu "raison", la "Vérité" s'était imposée d'elle-même, malgré son anéantissement politique, le fascisme triomphait encore dans les mœurs.

Assurément, les solidarités militaires existeraient encore. Après trois ans de vie commune, les soldats de Lubek suivraient encore leur chef. Il devait les retrouver, il y avait quelque chose à faire dans cette époque sinistre.

Lubek avait été un officier fasciste. Dans ce contexte de guerre civile, il avait d'abord été un chef de bande. Il savait que l'audace, la fortune souriait aux audacieux. Un choc brutal et soudain pouvait ébranler un édifice en apparence solide. L'Histoire était écrite par les minorités agissantes. Le merksisme était mal établi en Beaussigny-Hodésie, déjà contesté par la population, ontologiquement erroné, il ne durait pas. L'avenir appartiendrait à ceux qui voudraient bien le prendre, aux hommes de la trempe de Synecky, né pour diriger et commander la masse humaine.

Ludek sentit monter en lui ce désir de puissance, l'hybris tant décrié. Il eut un sourire, il avait à faire ...
   


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:20:37 (2017)    Sujet du message: Visite chez le médecin

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRITOIRE DE L'ÉTAT PROVISOIRE POPULAIRE DU SUD-OUEST DU CONTINENT NORD dit SUD-OUEST DÉMOCRATIQUE Index du Forum -> Métropole = numéro de district NOM DE DISTRICT (situation) - Capitale, Autre Ville -> 01 KEITORBRA (Extrême Nord) - Keitorbra, Sotsyalitat, Novkommounist, Elektriky, M'Toundra Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com